Projection exceptionnelle de « La Bataille du rail » de René Clément

« La Bataille du rail », de René Clément, au studio Saint-André des Arts,
en partenariat avec le CPL, Comité parisien de la Libération,
Jeudi 21 juin, 20h30.

Débat assuré par Guy Hervy, secrétaire général du CPL, ancien cheminot.

3311352950_1_3_LTET5O4w

L’ADVR et le CPL, Comité Parisien de la Libération, en partenariat avec le cinéma Saint-André des Arts, vous convient à la projection suivie d’un débat; du film de René Clément, « La Bataille du rail ».

Le jeudi 21 juin à 20h30.

Prix des places 8,5 euros – tarif réduit.

Le débat sera animé par Guy Hervy, secrétaire général du Comité Parisien de la Libération.

Le film évoque les différents aspects de la résistance des cheminots: aide aux fugitifs, renseignements, information par tracts, sabotages. La seconde partie du film développe le rôle clé tenu par la résistance fer au moment du Débarquement. Naturellement, le film aborde aussi le thème de la répression.
De 1944 à 1946 c’est le Comité de libération du cinéma français qui gère la production cinématographique. Le film de René Clément, sorti en février1946, est le premier film qui traite de la résistance ferroviaire.

Cinéma Saint-André des Arts, 30 rue St-André des Arts, 75006 Paris M° Odéon ou Saint-Michel.

BANDE-ANNONCE

Commémoration du 75° anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance

Texte lu par Guy Hervy au nom du Comité Parisien de Libération devant le 48 rue du Four le 27 mai lors de la commémoration du 75° anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance

Monsieur le Chancelier honoraire de l’Ordre de la Libération
Madame la Ministre
Madame la Maire adjointe chargée de la mémoire et du monde combattant, conseillère défense.
Mesdames et messieurs les élus.
Mesdames et messieurs les actrices et acteurs de ce moment qui sans votre courage n’aurait pu être aujourd’hui commémoré.
Mesdames et messieurs les porteurs aux titres d’associations de mémoires et d’anciens combattants, de l’histoire et du souci de sa transmission,
Mesdames Messieurs,

Avant une trop rapide évocation des raisons qui nous rassemblent ce jour, d’abord remercier les jeunes, enfants et étudiants, leurs encadrants et conseillers historiques artistiques, ils participent fortement à la qualité de cette journée.
Le 19 juillet 2013, le JO publiait la loi faisant du 27 mai la Journée Nationale de la Résistance,

Sa première édition parisienne en 2014 se tint à l’Hôtel de Ville de Paris, la municipalité accueillant les 32 organisations en compagnie du secrétaire d’État aux anciens combattants.
Pour cette 5e année, la célébration de cette page d’histoire mobilise plus de 90 organisations et institutions.

Sans relâche, les organisateurs ont sollicité l’État et les collectivités territoriales pour les assister dans cette tâche.
En ce 75e anniversaire du CNR, c’est une grande satisfaction, nous bénéficions du Haut patronage de Monsieur le Président de la République, de la présence de Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées et de Madame la Maire adjointe chargée de la mémoire e du monde combattant.

Depuis la première édition, nous avons l’aide tant de Paris et de son conseil que du Ministère des armées au travers de sa direction de la mémoire et du patrimoine. Des Comités d’Entreprise celui des Cheminots, celui de la RATP né des ordonnances de la Libération, ou comme la RATP créée alors pour construire un grand service public, sont depuis l’origine nos partenaires. Qu’ils en soient ici remerciés.

Quand le 19 décembre 1964 André Malraux devant le Panthéon, ouvre en grand les portes de la reconnaissance de la République à Jean Moulin, ils sont peu nombreux
ceux qui avec lui avaient franchi celle de ce 48 rue du Four.
Nombre ne verront pas la victoire. Filature par la police française et la Gestapo, trahisons. Certains seront fusillés, mourront en déportation ou encore au combat sous les coups et la torture à l’image de Jean Moulin, ou se suicideront de peur de ne pouvoir y résister.

Combien de Précautions pour Pierre Meunier et Robert Chambeiron sur place et à Daniel Cordier venue de Lyon avec J Moulin pour organiser la rencontre dans la clandestinité. La réunion est à l’image d’une France d’alors,. Pas de résistante alors que sans elles, rien n’aurait pu exister.

À deux pas d’ici, rue de Buci, madeleine Marzin prendra la parole en public pour appeler les femmes à refuser la pénurie organisée par le pillage des ressources alimentaires par l’occupant avec l’acceptation des collabos. Arrêtée, jugée et condamnée à mort, la résistance des cheminots la feront évader en Gare Montparnasse lui permettant d’échapper à son exécution et de poursuivre son combat.

Oui pas de femmes présentes le 27 mai, mais combien d’entre elles, vont permettre cette réunion ? Combien seront-elles à affronter la mort pour mettre en œuvre ses décisions ?

Autre singularité :
La Place des syndicalistes. La participation de la CGT réunifiée, la présence de
la CFTC permettra au monde du travail de s’y présenter rassemblé, confirmant ainsi avec ses plus de deux années de combat dans l’ombre son refus de céder à la répression et à cette collaboration économique qui non seulement la permet, mais souvent la
sollicite. Après l’arrestation de Jean Moulin, l’un d’eux, Louis Saillant, secrétaire de la CGT réunifiée, sera un de ses présidents.
Alain Poher ancien élève de l’École des Mines est au nom de la CFTC président du Comité de Libération du ministère des Finances ?
Pierre Villon, secrétaire du syndicat des Douanes et militant communiste sera avec Jacques Bingen un des rédacteurs de son programme, puis sera un des responsables de son comité militaire,
Une diversité, qualité et atout maître de cette résistance tout autant sociale, culturelle artistique que politique philosophique.
Image d’une diversité de l’engagement ; savoir désobéir, s’insurger, mais aussi de penser l’avenir et de le mettre en chantier avec toutes ses composantes dont les partis et forces politiques ayant refusé de se coucher devant l’occupant et son idéologie génocidaire.
les 17 ici rassemblés étaient animés de la volonté de combattre de façon
implacable toutes les persécutions,
Résolus d’extirper les racines de l’antisémitisme ayant permis au régime pétainiste de produire ses décrets de l ‘automne 40, décrets tenus sur les fonts baptismaux par cette part des élites d’alors qui depuis l’affaire Dreyfus, tels les
Daudet,Maurras, Celine ET d’autres, paradant et disposant des moyens matériels et financiers pour tenir le haut du pavé. Là sont les racines historiques du racisme et de l’antisémitisme en France jusqu’à nos jours.
Il appellera à ce que soient jugés et condamnés ceux qui aujourd’hui bénéficie d’ une intolérable tentative de réhabilitation…Qui ne doit pas être.
L’oublier conduit à laisser croître tous ses surgeons.
Les participants du 27 mai affirment l’unité de Résistance derrière le chef de la France Libre pour mener le combat.
Le général de Gaulle reconnu comme le représentant de la résistance française, le 3 juin 1943, fonde à Alger le « Comité français de Libération nationale » (CFLN). Avec le CNR, ils formeront la France Combattante qui, l’ennemi vaincu, remettra le pouvoir aux autorités de la République.

Le 12 septembre 1944, au Palais de Chaillot, le général de Gaulle accorde une place importante à la rénovation de la démocratie politique, économique, sociale et culturelle du pays. Ses propos sont en résonance avec le programme du CNR.
Robert Chambeiron, son Secrétaire général adjoint pourra dire  » La République rénovée ne sera vraiment démocratique que si elle repose sur un socle social. La liberté n’est qu’un leurre quand elle n’a pas la justice pour compagne « .

Le 27 mai 1943 fonde le pacte Républicain.
Un programme qui avec le préambule de notre Constitution devrait servir de livre de chevet à nombre de responsables d’aujourd’hui pour non pas répondre aux exigences des héritiers des faillis d’hier, mais en porter le message et faire vivre ses principes.
Nous accueillant lors de la préparation de cette journée, au nom de la Fondation de la Résistance, son directeur général nous disait l’exigence de lui donner son indispensable résonance dans les programmes scolaires et dire combien le 27 mai 1943, à juste titre, s’inscrit dans la lignée des grands moments telle la Révolution de 1789.
Si l’insurrection d’août 44 déclenchée par la grève des cheminots renvoie à l’épopée de 89, comment ne pas faire une analogie entre deux dates : 27 mai 1943 ? – 20 juin 89 et le serment du jeu de paume ?

Autour de Jean Moulin, tous conscients d’entrer ici porteur de la volonté du peuple, ils en sortirent encore plus déterminés, Jean Moulin donnant l’exemple jusqu’au sacrifice, appelant à se servir des baïonnettes pour libérer le pays et rétablir la République.

À charge maintenant pour ceux qui ont à cœur de transmettre le sens de leur action et de leur message de lui donner sa place dans les manuels, garantie que cette page, comme la mémoire de ce que furent les trahisons et horreurs qui conduisirent à devoir résister, ne soit pas qu’un moment mémoriel, mais la volonté, clin d’œil respectueux à Lucie Aubrac, de persister à conjuguer le verbe résister au présent.

Je vous remercie.

DSCN3273
Guy Hervy, secrétaire général du CPL pendant son intervention
Danielle Chambeiron, présidente de l'ADVR pendant la cérémonie,Merci. derrière elle, Annick Burgard membre du conseil d'administration de l'AEVR.
Danielle Chambeiron, présidente de l’ADVR pendant la cérémonie,Merci. derrière elle, Annick Burgard membre du conseil d’administration de l’ADVR.

2 mai 2018, Conférence ADVR « Charles Lederman, résistant », par Claudie Bassi-Lederman, sa fille.

Charles Lederman a mené toute sa vie un combat singulier contre les fascismes. Né à Varsovie en 1913, il adhère aux jeunesses communistes des l’âge de 13 ans. Très jeune il devient avocat de la Ligue des des Droits de l’Homme et défend à ce titre des réfugiés étrangers. En 1939 il n’hésite pas à critiquer le pacte germano-soviétique. Mobilisé, il est capturé à Dunkerque en mai 1940. Evadé d’Allemagne, il entre dans la clandestinité dès 1940 et travaille à avertir les juifs des dangers qui les menacent. En octobre 1940, en falsifiant les dates de naissance de nombreux enfants de républicains espagnols internés dans le camp de Rivesaltes il permet leur libération et leur placement dans des familles. Il participe également à l’évasion de nombreux internés adultes. Repéré, il doit quitter Rivesaltes, mais il fera de même dans d’autres camps d’internement. En janvier 1941 il entre en contact avec la section juive de la MOI (main d’ œuvre immigrée, organisation créée dans les années 20 par le PCF pour regrouper les étrangers). La résistance juive communiste informe la population juive et française, et utilise une couverture humanitaire dans le cadre de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants, créée en 1933).

LIRE LA SUITE

DÉCOUVRIR LA VIDÉO

DSCN2306

 

Intervention de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen, le 10 avril 2018

 Intervention de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen, en partenariat avec l’ADVR, le 10 avril 2018.

IMG_6980Rachel et sa sœur aînée sont nées en Pologne en 1933 et 1934. Leurs parents, juifs polonais, ont éùogré en France au début des années 20 pour échapper à la misère et au sort fait aux juifs en Pologne. Leur père, ouvrier ébéniste, s’est engagé dès la déclaration de guerre dans la légion étrangère, pour défendre sa nouvelle patrie (l’armée régulière étant réservée aux nationaux français).Il sera envoyé dans le nord, et débutera la « drôle de guerre » durant laquelle Français et Allemands se jaugent sans se faire la guerre.Lorsque les Allemands attaquent et percent les lignes de défense françaises les populations du nord de la France et de Paris fuient sur les routes, c’est l’exode.Rachel, sa mère, sa sœur, son oncle et leur cousine fuient Paris en camion. Des avions effectuent des piqués pour mitrailler les civils. Rachel voit alors ses primeurs cadavres. Elles descendent jusqu’à Angoulême puis rentrent à Paris.
Dès octobre 1940 apparaissent les mesures antisémites. Tampon « Juif » en rouge sur les cartes d’identité, fichier juif contraignant chaque juif à se déclarer aux autorités, multiplication des interdits ( par exemple les jardins publics « interdit aux juifs et aux chiens », limitation des heures pour se ravitailler (entre 15 et 16h, quand les denrées alimentaires ont été déjà vendues), interdiction de fréquenter les cinémas, les piscines…
Le 14 mai 1941 7000 hommes juifs étrangers doivent se présenter pour vérification de leur situation. 3700, dont le père de Rachel, sont arrêtés et envoyés dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande dans le Loiret, gardés par des gendarmes français. A l’été 1941, un droit de visite est accordé aux familles. La mère de Rachel rend visite à son mari et lui demande de s’enfuir, ce qui aurait été relativement facile. Il refuse et fera partie du convoi du 28/06/42 pour le camp d’extermination d’Auschwitz.Les 16 et 17 jui!llet 1942 a lieu la«Rafle du Vel d’ hiv ». A l’aube, plus de 1000 policiers, deux par deux, grâce aux informations du fichier juif, raflent plus de 13 000 personnes dont plus de 4000 enfants. Quelques policiers, dans les quartiers de forte concentration d’immigrés : 20è, 11è, 4è, 10è, ont jeté des tracts prévenant de la rafle. Mais Rachel, sa sœur et sa mère sont emmenées à la «Bellevilloise », transformée en centre de regroupement. Sur le trajet des Parisiens montrent leur désaccord. Là, leur mère les incite à s’enfuir, juste avant l’arrivée des autobus pour Drancy. Les policiers de garde à l’entrée tournent la tête pour ne pas les voir s’évader. La mère de Rachel restera 13 jours à Drancy avant d’être déportée à Auschwitz. C’est au total 17 personnes de la famille de Rachel qui disparaissent dans les camps d’extermination allemands.Le 11 février 1943 une nouvelle rafle a lieu qui, cette fois, n’épargne pas les vieillards. Rachel et sa sœur, réfugiées depuis leur évasion de la « Bellevilloise » chez leurs grands-parents sont arrêtées pour la seconde fois, avec leur grand-mère et amenées au commissariat du 20è. Le grand-père, grabataire, est purement et simplement abandonné sur son lit. Au commissariat on les tasse dans la cave. Profitant de l’arrivée de nouveaux raflés, les deux sœurs parviennent à s’échapper, sans réaction d’opposition des policiers. Devant les vives réactions de personnes arrêtées, les policiers libèrent la grand-mère quelque temps lus tard…
Les deux soeurs vont rejoindre leur oncle en province, mais le danger est partout : le centre de refuge d’enfants juifs devient dangereux (la livraison de 1000 « pièces », c’est à dire de 1000 juifs, est attendue). Il leur faut changer de lieu, de nom : les contrôles sont fréquents (notamment dans les gares), et on peut être dénoncé à tout moment.
A la Libération, elles retrouvent leur appartement complètement vide (tout a été envoyé en Allemagne). Des photos et des documents seront retrouvés dans les égouts !
De retour à l’école Rachel pleure en chantant la Marseillaise. Et puis c’est le retour des prisonniers, des survivants des camps. Seulement 2500 juifs de France rentrent d’Auschwitz. Selon Rachel, il n’y aucune volonté d’écouter le récit des juifs, seuls les récits des résistants étaient audibles à ce moment. A la base, l’administration du gouvernement de Vichy est restée en place et Rachel doit prouver qu’elle est orpheline de guerre. Elle doit travaille dès 14 ans, est émancipée à 16ans 1⁄2. Cette « reconstruction » se fait sans aucun soutien psychologique. Elle épousera un survivant du maquis du Vercors, aura deux enfants, et reprendra ses études à 40ans.
Rachel Jédinak évoque enfin la création du Comité Tlemcen dont elle assure la présidence.
Il s’est donné pour objectif de recenser et de garder la mémoire les enfants juifs massacrés par les nazis après avoir été livrés par Vichy. Des plaque ont été apposées sur les établissements scolaires évoquant les déportations, doublées de plaques, à l’intérieur des écoles et collèges donnant les noms, prénoms et l’âge auquel les enfants ont été déportés.
Rachel témoigne aussi devant les promotions de policiers en formation, mal à l’aise lorsqu’elle leur demande ce qu’ils auraient fait s’ils avaient été policiers à l’époque….

Compte rendu de Catherine Blondeau

IMG_6981 Rachel Jédinak - copie - copie

Conférence de Claudie Bassi-Ledreman, fille de Charles Lederman*

L’Association de Défense des Valeurs de la Résistance a le plaisir de vous inviter à la conférence de Claudie Bassi-Ledreman qui nous présentera le parcours de son père, lederman_charles59543t*,
résistant qui sauva de nombreuses personnes par son action et en particulier de nombreux enfants juifs, militant infatigable des droits de l’homme.

Mercredi 2 mai à 18 heures, au pavillon Carré de Baudouin, 121, rue de Ménilmontant, Paris-20e

*Membre actif de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants), à Vénissieux il sauve108 enfants juifs sur le point d’être déportés, c’est lui qui décide l’archevêque de Toulouse, monseigneur Saliège, à rédiger une lettre pastorale déclarant « Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes… » en août 1942. En avril 1943  il fonde l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE), mais ses combats ne s’arrêtent pas là !

TÉLÉCHARGER L’INVITATION

220px-Plaque_Charles-Lederman

Rencontre autour du témoignage de Rachel Jédinak, enfant cachée

L’ADVR, Association de Défense des Valeurs de la Résistance, en partenariat avec le Comité Tlemcen, créé par d’anciens élèves de l’école de la rue Tlemcen pour faire revivre la mémoire des 1100 enfants juifs du XX arrondissement de Paris massacrés dans les camps nazis.

vous invite à une rencontre autour du

Témoignage de Rachel Jédinak, enfant cachée, arrêtée à deux reprises par la police française

Mardi 10 avril à 18 heures

Auditorium du Pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant, 75020, Paris

Métro Gambetta ou Jourdain, bus 96 ou 26., arrêt Pyrénées-Ménilmontant

Réservation conseillée par tel, SMS ou mail : 06 50 42 86 05 , blondeauyves2000@yahoo.fr

Disparition de notre camarade Suzanne Teboul

IMG_5261

Nous avons le regret d’annoncer le décès de notre camarade et amie Susanne Teboul survenu le 12 mars, à l’âge de 91 ans. Entrée dans les FTP très jeune, en 1943, elle a été chargée de nombreuses missions de récupération d’armes auprès des militaires allemands. Elle a participé avec un grand courage, en première ligne, aux combats de la libération de Paris et à la prise du Mont-Valérien. Son passé de résistante lui a valu d’être décorée de la Légion d’honneur.

Dès la création de l’ADVR, Suzanne a rejoint notre association dont elle était membre du conseil d’administration et membre du comité d’honneur. Lors de la crise qui a secoué le comité directeur de l’ANACR à propos du sort injuste et scandaleux fait à Robert Chambeiron, Suzanne était à nos côtés et elle n’a pas hésité à démissionner de ce comité directeur. Nous avons apprécié son soutien et son courage.

Tant que ses forces le lui ont permis, elle a régulièrement participé aux rencontres avec les élèves du lycée Hélène Boucher car elle était militante de la Mémoire.
Son parcours de résistante est évoqué à plusieurs reprises dans le film de Vincent Goubet « Faire quelque chose » et dans mon livre « Rester debout ».
Avec Suzanne c’est une amie que nous perdons.

Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe

Comme chaque année, l’Association de Défense des Valeurs de la Résistance ravivera la Flamme sous l’Arc de Triomphe. Cette année ce sera le jeudi 22 mars à 18h30. Si vous souhaitez participer à cette cérémonie le rendez-vous est à 18 heures en haut des Champs-Élysées, côté droit en regardant l’Arc de Triomphe.
Yves Blondeau, Président de l’ADVR

IMG_8925
Ravivage de la Flamme en 2017