JNR 2022

Le 27 mai 2022 s’est déroulée la Journée Nationale de la Résistance à laquelle, naturellement, l’Association de Défense des Valeurs de la Résistance a participé activement. Notre stand, installé au « village des associations », a permis des contacts et des échanges intéressants. Je remercie les  membres de l’ADVR qui ont permis d’en assurer la tenue tout au long de la journée: Danielle Chambeiron, Katherine Courjaret (qui ont aussi participé à la cérémonie de la rue du Four et à l’hommage à Jean Moulin aux Champs-Elysées), France Teillol, Françoise Blondeau, Josette Borzakian, Geneviève Guyot et aussi notre amie de l’UCFAF Alice Mavian. Je précise en outre que nous sommes membres du Comité Parisien de la Libération et que Katherine Courjaret fait partie du comité du pilotage du CPL qui organise laJNR.
ci-dessous, au milieu, le stand de l’ADVR.

Brecht joué pour l’ADVR

Bonjour à toutes et à tous,
Dimanche 22 mai nous avons eu le plaisir d’assister à la représentation de « Grand-peur et misère du III° Reich », de Bertolt Brecht, magnifiquement interprétée par les acteurs de la Compagnie de l’Arbre sec, mise en scène par Hélène Bayard, dans une salle au nom prédestiné : « salle Résistance » , à Montreuil.

Hélène Bayard avait choisi de présenter 15 des 24 tableaux de la pièce et son choix s’est révélé excellent pour bien montrer les effets du nazisme sur la vie quotidienne dans l’Allemagne des années 30. Ce jour-là, la pièce a été jouée spécialement pour les adhérents et les amis de l’ADVR. La salle était pleine.
La qualité du travail de la Compagnie de l’Arbre sec, l’actualité du thème, nous ont incités à solliciter cette troupe pour un spectacle que nous vous proposerons dans le courant de la saison prochaine : une adaptation du livre de Kayrisman Taylor
« Inconnu à cette adresse » qui montre lui aussi parfaitement les méfaits de l’emprise de l’idéologie nazie sur les esprits.

Ci-dessous quelques photos de la pièce :

Inauguration de l’espace Noëlla Rouget au lycée Carnot-Bertin de Saumur

Le 28 avril 2022 avec 2 membres de l’Amicale Chateaubriand-Voves-Rouillé-Aincourt nous avons pu assister à l’inauguration de l’espace Noëlla Rouget au lycée Carnot-Bertin de Saumur et découvrir la magnifique exposition hommage à cette grande humaniste et Résistante née le 25 décembre 1919 à Saumur. Cet évènement était orchestré par les élèves de première bac-pro Relation Client et terminale bac-pro Cuisine. L’exposition est le résultat d’un travail de 2 années des élèves encadrés par leurs 2 professeurs M. Barre et Mme Bossard.

S’étaient déplacés spécialement de Suisse pour ce moment de Mémoire Patrick Rouget un des deux fils de Noëlla Rouget et Brigitte Exchaquet-Monnier et Eric Monnier, auteurs de Noëlla Rouget la déportée qui a fait gracier son bourreau (Editions Tallandier, 2020), était également présent Aubin Hellot, auteur et réalisateur pour les Films du Large qui travaille actuellement à un documentaire autour de Noëlla Rouget.

Noëlla Rouget née Peaudeau le 25 décembre 1919 à Saumur, vit à Angers où elle devient institutrice. Dès 1941 elle entre dans la résistance comme agente de liaison au sein du mouvement gaullien « Honneur et Patrie ». Elle se fiance avec Adrien Tigeot, également instituteur et résistant au sein du réseau communiste « Front National ». Adrien est arrêté le 7 juin 1943, torturé et fusillé le 13 décembre 1943. Noëlla est appréhendée chez elle le 21 juin, emprisonnée à Angers, transférée à Compiègne et enfin déportée à Ravensbrück par le convoi du 31 janvier 1944. Libérée le 5 avril 1945, elle sera soignée dans un sanatorium en Suisse, où elle se marie en 1947.

L’un des hommes de la Gestapo, qui participe à leur arrestation est un Français, Jacques Vasseur, collabo zélé qui entre 1942 et 1944 sera responsable de 430 arrestations, 310 déportations et 230 fusillés ou morts en déportation. « Evanoui » à la Libération, il est arrêté par hasard dans le Nord en novembre 1962 dans le grenier de sa mère où il se terrait depuis 17 ans. Son procès s’ouvre devant la Cour de sûreté de l’Etat , le 20 octobre 1965, qui le condamne à la guillotine.

Mais opposée à la peine de mort, Noëlla s’élève contre cette sentence et supplie le général de Gaulle d’accorder sa grâce et l’obtient en février 1966. Incomprise de ses camarades, elle répond aux reproches dans une lettre « de quel droit juger un homme si, placés aujourd’hui à notre tour en position de force, nous nous comportons comme il fit hier« . A la fin des années 1970, elle se joint à une campagne pour l’élargissement des derniers collabos emprisonnés, afin de refermer cette page de l’histoire. Vasseur est libéré en 1983 et ne donne aucun signe de vie. Il meurt en Allemagne en 2009, sans avoir jamais exprimé le moindre remord.

Katherine Courjaret

Conférence d’Etienne Egret le 7 avril 2022

Jeudi 7 avril 2022, l’ADVR a reçu, à la Mairie du 20e, Etienne Egret, secrétaire-mémoire du camp de Voves pour une conférence intitulée « Voves, un camp de concentration en France ». Etienne Egret après nous avoir présenté l’histoire du camp a évoqué avec passion la vie quotidienne des détenus. Il a présenté les multiples activités culturelles de « l’université » organisée par les prisonniers, essentiellement des communistes qui maintenaient ainsi le moral et préparaient l’avenir.
Etienne Egret nous a conté les évasions dont les plus spectaculaires sont celles des faux gendarmes et celle du tunnel. Une dizaine de prisonniers déguisés en gendarmes ont ainsi franchi l’entrée du camp à la barbe des gardiens et se sont évanouis dans la nature. Quant au tunnel (creusé sur plus de 140 mètres en évacuant 70 m3 de terre), qui a servi de modèle pour le film ‘La grande évasion », il a permis l’évasion de plus de 40 prisonniers. Tous les évadés ont repris le combat et un certain nombre d’entre eux y ont laissé leur vie. Le camp de Voves n’était pas qu’un simple camp d’internement il était aussi un réservoir d’otages et l’antichambre de la déportation vers les camps
allemands.
Inlassablement Etienne Egret poursuit son travail sur le camp de Voves: réaménagement du musée, cérémonies mémorielles, conférences, co-publication avec Dominique Philippe d’ouvrages: « Voves 1942-1944, un camp en Eure-et-Loir », « Voves 1942-1944, l’Université, culture et résistance » et un troisième est en préparation.
N’oublions jamais, écrivent Etienne Egret et Dominique Philippe, que sur plus de 2000 internés à Voves, 605 ont été déportés en Allemagne et seuls 194 ont survécu.

Le conférencier
Le conférencier

Shelomo Selinger

Shelomo Selinger est déporté en 1942, à l’âge de 14 ans. Il connaît neuf camps successifs où il perd son père, sa mère et deux sœurs.  Après sa libération, sauvé par un médecin russe qui le retrouve quasi mort sur un tas de cadavres, il reste amnésique pendant sept ans. Après un séjour en Israël, il vient à Paris étudier la sculpture aux Beaux-Arts et se spécialise dans la sculpture des blocs de granite. Ses oeuvres ornent de nombreux musées, d’Israël à New York, et c’est lui qui est choisi pour réaliser le mémorial du camp de Drancy. Miguel Vallcillo Mata nous offre ici un aperçu de l’œuvre de ce grand artiste humaniste bien qu’encore imprégné, à 94 ans, par la terrible expérience de la déportation.

L’Arménie dans la Seconde Guerre mondiale

Commémoration de l’exécution de Manouchian et de ses camarades de l’Affiche rouge.
Dans le cadre du soixante-dix-huitième anniversaire de l’exécution de Missak Manouchian et de ses camarades, l’UCFAF (Union culturelle française des Arméniens de France) a organisé, vendredi 11 mars, en partenariat avec l’ADVR, une table ronde exceptionnelle dont le thème était : l’Arménie pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Les interventions, très riches, ont été passionnantes.

Participaient à la table ronde: Jean-Pierre Mahé, membre de l’Institut, Boris Adjemian, historien, directeur de la bibliothèque de l’UGAB (Union générale Arménienne de Bienfaisance) et Léon Ketchéyan, docteur en sciences historiques et philologiques.

Depuis de nombreuses années l’ADVR et l’UCFAF commémorent ensemble la mémoire du groupe Manouchian, « ces étrangers et nos frères pourtant » à qui nous devons tant.

Voves, un camp de concentration en France

L’ADVR vous invite à la conférence de Etienne Egret, secrétaire mémoire du camp de Voves

Voves, un camp de concentration en France

Jeudi 7 avril, Mairie du 20°, place Gambetta, 16 heures, salle du Conseil

Etienne Egret et Dominique Philippe sont les co-auteurs de : ‘’Voves 1942-1944 un camp en Eure-et-Loir’’ et ‘’Voves 1942-1944 l’Université : Culture et Résistance’’.

Dans l’histoire du camp de Voves, camp de concentration français, gardé par des Français. Le livre montre la vie quotidienne des internés, l’entraide, la survie, les évasions, la déportation vers l’Allemagne. Réservoir d’otages au cœur de la Beauce, Voves incarne surtout un lieu de résistance où des hommes refusent l’inacceptable.

Dans le deuxième volume, les auteurs présentent l’organisation interne et clandestine des internés, le bouillonnement de culture qui, de l’Université – tolérée par la direction- au théâtre, de la chorale à l’harmonie, du sport à la préparation militaire clandestine, animait les internés du camp de Voves au fil des 856 jours de son existence. La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’évasion préparée au sein du théâtre, réussie au nez et à la barbe des gardiens.

Etienne Egret et Dominique Philippe montrent comment la culture était devenue une arme pour les internés et comment elle sert à construire l’avenir.