Visite du mémorial de la Déportation de Drancy (mardi 24 novembre 2016)

L’ immeuble de la cité de la Muette était en construction lorsqu’il fut réquisitionné par les Alle- mands, en juin 1940, pour rassembler des prisonniers de guerre français et anglais.
Du 20 août 1941 au 15 août 1942, la cité sert de camp d’internement pour les juifs, mais pendant cette période, seuls les hommes y sont regroupés. Les travaux de construction de la cité n’étant pas achevés, les détenus sont entassés dans des bâtiments ouverts à tous les vents. Les condi- tions d’hygiène seront, pendant toute la durée d’activité du camp, déplorables…

LIRE LA SUITE

img_2867
Wagon identique à ceux qui transportaient les déportés, installé en 1988

Nouvelle parution

418amf0gp1l-_sx326_bo1204203200_Résumé : C’est un récit poignant, « sur la captivité de mon père » écrit Joëlle Delpech-Boursier sur André Delpech, qu’elle nous livre à travers ces pages. Durant plusieurs années, elle écoute, recueille patiemment ses mots, sa blessure, son témoignage distillé par bribes par ce jeune résistant, mais ô combien essentiel pour saisir et vivre notre aujourd’hui en liberté. André Delpech est quercinois, arrêté par la Gestapo à Cahors le 17 mai 1944, puis déporté au camp de la mort lente de Dachau, dans un des Kommando les plus durs de la vallée du Neckar en Allemagne, après avoir survécu au fameux train de la mort. Le récit évoque avec force détails l’enfer que ce jeune résistant a vécu dans sa déportation aux côtés de ses compagnons d’infortune dans ce camp de concentration, les Stücks qu’ils étaient devenus devant disparaître sans laisser aucune trace.

LIRE LA SUITE

Témoignage de Serge Ravanel

L’épopée de la Résistance ?

Visite de Serge Ravanel au collège Robert Doisneau le 13 novembre 2006

39105118_pJe voudrais tout d’abord vous parler d’un homme merveilleux, c’était tout simplement le demi-frère de votre professeur. Alors ça crée un lien… elle m’a même, dans un courrier récent, appelé « mon frère », ce qui est d’une très grande gentillesse. Malheureusement, ce frère est mort peu d’années après la guerre à cause des tortures qu’il avait subies lorsqu’il a été arrêté par les Allemands. Plus tard, un de nos commandos l’a récupéré à l’hôpital de la Grave, à Toulouse, où il était soigné. Mais quelques années après la Libération, il est mort à Lyon dans des conditions assez dramatiques. *
J’ai donc été responsable des Forces militaires de la Résistance au niveau de la une région de Toulouse. Dix départements en faisaient partie… LIRE LA SUITE

Découvrez le témoignage de Robert Chambeiron

Découvrez la première partie d’une interview préparée par Yves Blondeau, Président de l’ADVR et réalisée par Vincent Goubet pour son film « Faire quelque chose » sorti  sur les écrans en janvier 2013 et dont des extraits sont repris dans le livre, « Rester debout » d’Yves Blondeau paru en 1014.

L’entretien est réalisée au domicile de Robert Chambeiron.

L’ADVR entame sa quatrième année d’existence

L’Association de Défense des Valeurs de la Résistance entame sa quatrième année d’existence. Pour l’année écoulée (je rappelle que nous fonctionnons en années scolaires, il s’agit donc de l’année 2015 -2016) nous avons eu une activité relativement soutenue, à l’échelle de nos moyens, bien entendu.

– Le 17 novembre 2015, visite du Mont-Valérien en partenariat avec le SNES (Syndicat national des enseignements de second degré).
– Le 17 décembre 2015, conférence de Marie-Joseph Bonnet : « L’amitié féminine dans les camps ».
– Le 29 janvier 2016, rencontre entre les élèves du lycée Hélène Boucher et une vingtaine de témoins de la Résistance et de la Déportation.
– Le 17 février 2016, projection du film de Christophe Betenfeld : « Partisans de la liberté » présenté par le réalisateur, en partenariat avec l’ Ucfaf (Union culturelle française des Arméniens de France), dans le cadre du 72e anniversaire de l’exécution du groupe Manouchian.
– Le 17 mars 2016, projection du film de Gilles Perret : « Les jours heureux », débat avec Léon Landini, résistant FTP-MOI.
– Le 14 avril 2016, projection du film de Christophe Cognet : « Parce que j’étais peintre », débat avec le réalisateur.
– Le 19 mai 2016, conférence de Gisèle Provost : « Les médailles de Buchenwald ».
– Le 27 mai 2016, participation à la Journée nationale de la Résistance pour sa troisième édition.
– Le 17 juin 2016, participation à la cérémonie du Panthéon en l’honneur de Jean Moulin et, l’après-midi, ravivage de la Flamme à l’Arc de triomphe.

La parution plus régulière de notre butin serait souhaitable, mais nous sommes tenus par des impératifs économiques. Cependant, pour la communication nous sommes aidés par notre Facebook et notre site internet : advr.fr.

N’hésitez pas faire connaître ces deux adresses, ainsi que le travail de notre association. Nous vous invitons à relayer autant que possible auprès de vos contacts les informations sur nos actions.
Les nouveaux adhérents seront les bienvenus. Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour participer à notre travail et également pour animer l’association.
Hélas, l’exercice écoulé a vu disparaître trois de nos membres : Marie-José Tournier, Yvette Servin, résistante impliquée dans les lutte sociales quotidiennes jusqu’au bout de ses forces, Jean-Marie Delabre, Impliqué quant à lui jusqu’au bout dans l’aide aux enfants défavorisés.
Naturellement, comme le souhaitait Robert Chambeiron, qui est à l’origine de notre association, dont il était le président d’ honneur, notre objectif n’est pas seulement tourné vers le passé mais, à travers la défense des valeurs de la Résistance, nous entendons défendre l’héritage de la Résistance, toujours actuel, les acquis sociaux en particulier. Pour nous, les réalisations du Conseil National de la Résistance, si largement attaquées de toutes parts, n’ont rien perdu de leur actualité.

Yves Blondeau

Non, le programme du CNR n’est pas obsolète ! Non l’esprit du programme du CNR n’est pas obsolète !

Non, le programme du CNR n’est pas obsolète !
Non l’esprit du programme du CNR n’est pas obsolète !

Récemment, la gestion paritaire de l’UNEDIC a été jugée obsolète, sous entendant que les acquis sociaux issus du programme du CNR, du moins ce qu’il en reste, seraient obsolètes. L’UNEDIC en tant que telle n’est pas issue directement du programme, mais a été créée en 1958 dans l’esprit du programme du CNR suivant l’esprit de l’article ci-après :
« Un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État »
Mais ce qui se cache aussi derrière cette affirmation, c’est la remise en cause de l’exercice par les syndicats de leur rôle de contre-pouvoir, et ce à tous les niveaux de la société.
Il nécessaire de rappeler en cette année 2016, quelques éléments de ce programme et l’application d’un certain nombre de mesures qui fêtes leurs 70 ans d’existence :
Dans le livret intitulé « les jours heureux » et plus connu sous le titre de « programme du Conseil National de la Résistance », le titre ll est : MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE
Dont voici quelques extraits :

LIRE LA SUITE

Présentation de la pièce : « Résister = exister »

afficheyJeudi 15 décembre à 17h30 l’ADVR présentera une pièce : « Résister = exister » jouée par la Compagnie de l’Arbre Sec à l’auditorium du pavillon Carré de Baudouin, 121, rue de Ménilmontant Paris XXe. Métro Gambetta ou Jourdain, bus 96 ou 26 (arrêt Pyrénées-Ménilmontant).
Remarque, cette action était programmé pour le 8 décembre, mais des impossibilités au niveau de la salle nous ont obligé à la décaler au 15 décembre.

Visite du mémorial de la Déportation de Drancy

3483437418Mardi 22 novembre, visite du mémorial de la déportation de Drancy, en partenariat avec le SNES.
Le rendez-vous est fixé au mémorial à 15h.
Il est absolument nécessaire de s’inscrire auprès de Y Blondeau par mail : blondeauyves2000@yahoo.fr
ou par téléphone 06 50 42 86 05.
La visite est payante mais l’ADVR prendra en charge pour ses membres le coût du conférencier.
Vous trouverez en pièce jointe toutes les indications pour vous rendre sur place.

TÉLÉCHARGER LES INFORMATIONS