22 Mars 2018 : ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe

Comme chaque année, l’Association de Défense des Valeurs de la Résistance ravivera la Flamme sous l’Arc de Triomphe.
Cette année ce sera le jeudi 22 mars à 18h30.
Si vous souhaitez participer à cette cérémonie le rendez-vous est à 17h30 en haut des Champs-Élysées, côté droit en regardant l’Arc de Triomphe.

Yves Blondeau
Secrétaire général de l’ADVR.

Rencontre autour du témoignage de Rachel Jaéglé : « Itinéraire d’une enfant cachée »

L’ADVR, Association de Défense des Valeurs de la Résistance, en partenariat avec le Comité Tlemcen, créé par d’anciens élèves de l’école de la rue Tlemcen pour faire revivre la mémoire des 1100 enfants juifs du XX arrondissement de Paris massacrés dans les camps nazis, vous invite à

Une rencontre autour du témoignage de Rachel Jaéglé : « Itinéraire d’une enfant cachée »

Mardi 13 mars à 18 heures

Auditorium du Pavillon Carré de Baudouin
121 rue de Ménilmontant
75020, Paris
Métro Gambetta ou Jourdain, bus 96 ou 26., arrêt Pyrénées-Ménilmontant
Réservation conseillée par tel, SMS ou mail : 06 50 42 86 05 , blondeauyves2000@yahoo.fr

Rencontre autour du témoignage de Ida Grinspan
 : avoir 14 ans à Auschwitz

L’ADVR, Association de Défense des Valeurs de la Résistance vous invite à une rencontre autour du témoignage de Ida Grinspan

Avoir 14 ans à Auschwitz

Arrêtée par des gendarmes français, Ida Grinspan est déportée à Auschwitz où ses parents sont assassinés. Elle a témoigné dans le film « Shoah » de Claude Lanzmann et est l’auteure, avec Bertrand Poirot-Delpech d’un ouvrage paru chez Robert Laffont en 20002: « J’ai pas pleuré ».

Mercredi 7 février à 17h30 Auditorium du Pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant, 75020, Paris
Métro Gambetta ou Jourdain, bus 96 ou 26., arrêt Pyrénées-Ménilmontant

Réservation conseillée par tel, SMS ou mail : 06 50 42 86 05 ou blondeauyves2000@yahoo.fr

Invitation : conférence de Françoise Basch, petite-fille de Victor Basch, enfant cachée

L’ADVR vous invite à la conférence de Françoise Basch :

Françoise Basch petite-fille de Victor Basch, enfant cachée

Mardi 16 janvier 2018 à 18h

Basch-Francoise-Victor-Basch-Livre-903482947_LFrançoise BASCH a enseigné de nombreuses années à l’Université Paris 7 Denis Diderot dans le département de Civilisation anglo-américaine. Spécialiste de l’histoire des femmes, elle a publié plusieurs ouvrages sur des pionnières britanniques et américaines.C’est son expérience vécue pendant l’Occupation avant et après l’assassinat de ses grands-parents par la Milice et la Gestapo en janvier 1944, y compris sa condition d’enfant cachée quelques mois de 1944, qui l’incita, bien des années plus tard, à se lancer dans une biographie de son grand-père, Victor Basch. Ses engagements pour l’indépendance de l’Algérie, puis dans les luttes féministes s’inscrivent dans les traces des combats que Victor Basch (1863-1944) avait menés dans les rangs puis à la tête de la Ligue des Droits de l’Homme. Dreyfusard pendant l’Affaire, il milita ensuite de toutes ses forces contre le régime nazi, et pour l’accueil des réfugiés allemands, autrichiens, enfin des Républicains espagnols à la fin de la guerre d’Espagne.
A l’issue de sa conférence, Françoise Basch dédicacera son livre « Ilona, ma mère et moi , une famille juive à l’épreuve de l’Occupation. » Editions iXe.

Auditorium du Pavillon Carré de Baudoin, 121 rue de Ménilmontant. Métro Gambetta ou Jourdain, bus 96 ou 26
Réservation conseillée par tel, SMS ou mail : 06 50 42 86 05 blondeauyves2000@yahoo.fr

Inauguration du square Léon Zyguel dans le 20e

Quinze jours tout juste après la soirée que l’ADVR a consacrée à Léon Zyguel, un square portant son nom a été inauguré dans le 20e arrondissement de Paris.

C’est un bel hommage qui lui est ainsi rendu. Enfant de l’école de la rue Tlemcen, déporté à Auschwitz, animateur du comité Tlemcen, militant inlassable de la mémoire, Léon Zyguel a ainsi été justement honoré par la ville de Paris et, à travers lui, c’est tout le travail du comité Tlemcen qui l’a été.

Malgré le froid vif, une foule importante a participé à cette cérémonie présidée par Madame Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement, en présence de Madame Catherine Vieu-Charier, chargée de la mémoire et du monde combattant pour la Ville de Paris, de Monsieur Thierry Blandin, adjoint chargé der la mémoire pour le 20e arrondissement et de Madame Rachel Jédinak présidente du Comité Tlemcen.

allocution de Frédérique Calandra, maire du 20e. À ses côtés: Thierry Blandin, adjoint à la mémoire pour le 20e
Allocution de Frédérique Calandra, maire du 20e. À ses côtés: Thierry Blandin, adjoint à la mémoire pour le 20e
de part et d'autre du portrait de Léon Zyguel, Thierry Blandin et Catherine vieu-Charier, adjointe de Anne Hidalgo a la mémoire et au monde combattant
De part et d’autre du portrait de Léon Zyguel, Thierry Blandin et Catherine vieu-Charier, adjointe de Anne Hidalgo a la mémoire et au monde combattant
allocution de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen
Allocution de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen

RESISTER=EXISTER, la vidéo

Le mardi 28 février 2017 l’ADVR a présenté à nouveau la pièce « Résister=Exister» montée à partir du livre «Rester debout » d’Yves Blondeau(éd Tirésias) publié en 2014 et qui rassemble les interviews de 37 résistants et résistantes parmi lesquel(e)s Robert Chambeiron, Raymond Aubrac, Serge Ravanel, Lise London, Stéphane Hessel, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Charles Gonard et de nombreux inconnus dont des membres du groupe Manouchian, de Carmagnole ou de la 35° Brigade, ainsi que des membres de Défense de la France, de Combat, de différents maquis, etc. Cette pièce a été montée par la Compagnie de l’Arbre Sec, une compagnie de Montreuil, grâce au travail de Jean-Baptiste Huet, Hélène Bayard et Marie-Claude Chiniard.

14 novembre, film « Léon Zyguel » au pavillon Carré de Baudouin, Paris XXe

Le 14 novembre 2017, L’ADVR a présenté, en partenariat avec le « comité Tlemcen » le film de Jean Gabriel Carasso « Léon Zyguel ».

Léon Zyguel au lycée Hélène Boucher
Léon Zyguel lors d’un de ses nombreux témoignages au lycée Hélène Boucher

Ce film a été présenté dans le cadre de notre action de cette année qui va porter essentiellement sur les enfants cachés et les enfants déportés. Pour cela nous avons décidé de travailler avec le « Comité Tlemcen».

IMG_0932
Yves Blondeau pour l’ADVR et Claude Smadja pour le comité Tlemcen présentent la séance

Ce comité, dont le nom complet est « Comité école de la rue Tlemcen » a été créé en 1997 par un certain nombre de personnes qui avaient été enfants cachés ou déportés pendant la guerre parce que juifs, qui ont décidé de vaincre l’oubli et de retrouver la trace de leurs camarades disparus. Pour cela, les membres du « comité Tlemcen » ont fait des recherches sur chaque nom, ont fait apposer une plaque à la mémoire des enfants assassinés sur le mur de cette école, puis des autres écoles du 20e arrondissement, puis sur les murs de toutes les écoles de Paris où des enfants ont été arrêtés, déportés et assassinés. Dans un deuxième temps, ils ont fait apposer des plaques donnant les noms de tous les élèves disparus de chaque école. Ils ont aussi, pour les enfants assassinés avant d’avoir même été scolarisés, afin d’éviter qu’ils aient disparu sans laisser aucune trace, fait installer des stèles avec leurs noms dans les jardins publics. Un livre mémorial intitulé « Se souvenir pour construire l’avenir » raconte le travail réalisé, rend hommage aux victimes en citant le nom de tous les enfants concernés et en donnant de nombreux témoignages de survivants. Le travail de mémoire du comité s’est poursuivi avec la réalisation d’un coffret DVD intitulé « Nous étions des enfants» présenté par Boris Cyrulnik et comprenant 18 témoignages de très grande qualité. Celui de Léon Zyguel est d’une grande force et d’une terrible réalité. Léon Zyguel a, par ailleurs, été l’un des acteurs actifs du travail du comité. Il a témoigné jusqu’au bout. Il est venu une vingtaine d’années au lycée Hélène-Boucher pour les rencontres de janvier, il a aussi été témoin-acteur dans le film sorti peu de temps avant sa disparition « Les héritiers », de Marie- Castille Mention-Schaar.

Arrêté en mai 1942 avec son frère Maurice, à15 ans, il retrouve son père Aron et sa soeur Hélène déjà eux-mêmes arrêtés, à Drancy.. Tous quatre sont déportés par le convoi n°35 en septembre 1942. Son père et sa soeur sont assassinés à l’arrivée au camp. Après près de deux ans et demi de travail d’esclave, les deux frères connaissent les marches de la mort qui les mènent après 12 jours d’horreur à Buchenwald. La résistance intérieure du camp protège les deux frères et intègre Léon dans ses effectifs. C’est ainsi qu’il participe à l’insurrection armée qui libère le camp le 11 avril 1945. Il arrive à Paris le sour de ses 18 ans…

Une cinquantaine de personnes étaient présentes à l’auditorium du pavillon Carré de Baudouin pour visionner ce film et participer au débat qui a suivi avec le réalisateur. Ce fut une soirée importante.

Pour ceux et celles qui voudraient voir le film, il est possible d’aller sur le site «nous étions des enfants.com » puisque l’ensemble du travail de Jean Gabriel Carasso, 18 témoignages, 14 heures d’enregistrement est mis en ligne.

IMG_0927
une partie de l’assistance

Inauguration du square Léon Zyguel dans le 20e

Quinze jours tout juste après la soirée que l’ADVR a consacrée à Léon Zyguel, un square portant son nom a été inauguré dans le 20e arrondissement de Paris.

C’est un bel hommage qui lui est ainsi rendu. Enfant de l’école de la rue Tlemcen, déporté à Auschwitz, animateur du comité Tlemcen, militant inlassable de la mémoire, Léon Zyguel a ainsi été justement honoré par la ville de Paris et, à travers lui, c’est tout le travail du comité Tlemcen qui l’a été.

Malgré le froid vif, une foule importante a participé à cette cérémonie présidée par Madame Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement, en présence de Madame Catherine Vieu-Charier, chargée de la mémoire et du monde combattant pour la Ville de Paris, de Monsieur Thierry Blandin, adjoint chargé der la mémoire pour le 20e arrondissement et de Madame Rachel Jédinak présidente du Comité Tlemcen.

allocution de Frédérique Calandra, maire du 20e. À ses côtés: Thierry Blandin, adjoint à la mémoire pour le 20e
Allocution de Frédérique Calandra, maire du 20e. À ses côtés: Thierry Blandin, adjoint à la mémoire pour le 20e
de part et d'autre du portrait de Léon Zyguel, Thierry Blandin et Catherine vieu-Charier, adjointe de Anne Hidalgo a la mémoire et au monde combattant
De part et d’autre du portrait de Léon Zyguel, Thierry Blandin et Catherine vieu-Charier, adjointe de Anne Hidalgo a la mémoire et au monde combattant
allocution de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen
Allocution de Rachel Jédinak, présidente du comité Tlemcen

visite du Mémorial de l’Internement et de la Déportation de Compiègne- Royallieu

L’ADVR, en partenariat avec le SNES, vous invite à

La visite du Mémorial de l’Internement

et de la Déportation de Compiègne- Royallieu

Lundi 11 décembre 2017

 

Infos pratiques

  • Rendez-vous à 14h30 au Mémorial ou au train de 12h34 à la gare du Nord.
  • adresse : 2 bis, avenue des Martyrs de la Liberté 60200 Compiègne
  • Accès par le train : départ à 12h34, corail direct, arrivée à 13h26 puis bus (tous les 1/4 d’heures, trajet 10 minutes) ligne 5 qui relie la gare à l’hôpital, arrêt « Saint- Cême-Mémorial. »
  • Retour : soit par le train de 17h35 ou celui de 18h09.
  • Accès en voiture : autoroute A1, sortie 9.
  • La visite est gratuite et dure entre 2h et 2h30 (avec audio-guides).

Inscriptions auprès de

Le Mémorial :

Trois bâtiments du camp de concentration ont été conservés et servent de cadre au Mémorial inauguré en 2008.
A l’origine, une caserne construite en 1913 regroupait 25 bâtiments sur une superficie de 16 hectares. De 1941 à 1944, cette caserne est transformée par l’armée allemande et devient l’un des principaux camps de transit de France. Près de 45 000 personnes y ont été internées : des détenus politiques, des résistants, le plus souvent communistes, mais également des Russes, des Américains, des juifs. Les prisonniers, soumis aux mauvais traitements, sont déportés en Allemagne. Près de la moitié des internés à Compiègne meurent pendant les transports ou dans les camps.

AGENDA DE L’ASSOCIATION

Cette année nous avons décidé de faire porter notre travail sur les enfants cachés et les enfants déportés. Une partie de nos actions seront menées avec le « Comité école de la rue de Tlemcen ».

Nous devions commencer ce travail avec le témoignage de Ida Grinspan le 5 octobre. Mais un accident survenu la veille nous a contraints à reporter sa venue. Cette séance aura lieu  le 1er décembre 2017, 17H30, pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant, Paris 20.

– Le 14  novembre 2017, film de Jean-Gabriel Carasso sur Léon Zyguel (qui jouait son propre rôle de témoin dans le film « les Héritiers » et  qui a malheureusement disparu peu après la sortie du film). J-G Carasso a réalisé une très belle interview de Leon Zyguel. Il viendra présenter son travail et répondre aux questions du public. 17H30, Pavillon Carré de Baudouin.

– Le 11 décembre 2017, en partenariat avec  le SNES, nous irons visiterons le Mémorial de Compiègne. RV à 15 H au Mémorial.

– Le 16 janvier 2018,  témoignage de Françoise  Basch, enfant cachée  et petite-fille du fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme, Victor Basch, assassiné par la Milice. 18h, pavillon Carré de Baudouin.

– Le 9 février 2018,  nous organiserons, comme tous les ans depuis plus de 20 ans maintenant, une rencontre entre résistants, déportés, enfants cachés et élèves au lycée Hélène-Boucher, Paris 20°. Cette action est réservée aux élèves du lycée.

– Le 7 février 2018, film de J-G Carasso sur Rachel Jaéglé, enfant cachée. Discussion avec Rachel Jéaéglé.. 17H30 Pavillon Carré de Baudouin.

– Le 13 mars 2018,  film de J-G  Carasso sur Rachel Jéfinak, enfant cachée. Discussion avec Rachel Jédinak. 18 h,Pavillon Carré de Baudouin,.

– Le 10 avril 2018, témoignage de Ginette Kolinka, déportée à Auschwitz.18 h, Pavillon Carré de Baudouin.

– Le 2 mai 2018 à 18 h. Conférence de Claudie Bassi-Lederman sur l’itinéraire de son père, Charles Lederman, résistant, militant de l’OSE ( Oeuvre de Secours aux Enfants ), fondateur de l’UJRE, (Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide),  qui sauva de nombreux enfants. Pavillon Carré de Baudouin.

– Le 27 mai 2018, participation à la Journée nationale de la Résistance.